30/01/2005

LA DEFAITE DU MOUTON

20 janvier. Les musulmans célébraient l'Aïd El Kebir, la fête du mouton. Un moment digne. De partage et d’ouverture aux autres. Mercredi 26 janvier. D’autres moutons. Dans l’un des plus grands complexes cinématographiques d’Europe. Deux files d’attente. L’une pleine, bondée, face à une caisse fermée. L’autre vide, ou presque, face à une caisse ouverte. Membre de la première congrégation - celle à laquelle je n’appartenais pas - une femme m’interpella : «De quel droit nous dépassez-vous ? Vous ne pouvez pas faire la queue comme tout le monde ?». Réponse : «C’est ce que je fais madame mais il se trouve que la file correspondant à la caisse ouverte est celle dans laquelle je me situe». «Peu m’importe vos arguments. La majorité des gens sont dans ma file donc c’est vous qui avez tort !» Bref, le fait qu’un client se soit trompé de file, puis un deuxième, suivi machinalement d’un troisième, (…) puis d’un vingt-et-unième avait suffit à ériger en dogme une hérésie. Désormais, la loi du moment voulait qu’à la caisse n°2 corresponde la file n°3. Point final. Mouton, acte I.

Vingt-quatre heures plus tard, les députés français (pas les eurodéputés, les autres…) achevaient «dans un climat assez apaisé» (dixit l’AFP) l'examen de la révision constitutionnelle préalable au référendum sur le projet constituant. Avec pour seul mot sur les lèvres, «Turquie». Pourquoi ? Parce qu’un jour, quelqu’un ou quelqu’une a décidé que ce sujet serait indissociable de la question constitutionnelle. Mouton, acte II. (LIRE LA SUITE...)

Christophe Nonnenmacher

Commentaires

j'aime votre cite

Écrit par : ali | 01/02/2005

Merci Ali. Au plaisir de vous y revoir prochainement.

Christophe

Écrit par : Christophe Nonnenmacher | 01/02/2005

Merci Ali. Au plaisir de vous y revoir prochainement.

Christophe

Écrit par : Christophe Nonnenmacher | 01/02/2005

Les commentaires sont fermés.